Les cabanes de Beauduc

Publié le par grenadine

Les cabanes de Beauduc en danger

  depart-et-croisiere-de-2009-030.jpg

 Des pêcheurs ont construit des cabanes dans la baie de Beauduc au XVIIIe siècle.

 Depuis, saliniers, vacanciers et permanents les occupent, défiant la loi. Détruites en partie en 2004 et 2005, elles sont aujourd'hui défendues par leurs habitants et deux associations se battent pour le maintien de celles qui restent. Il y a des cabanes à Beauduc depuis le début du XVIIIe siècle. De 1750 à 1850 environ, elles sont construites par des pêcheurs de Martigues ou des Saintes Maries de la Mer qui apprécient ce mouillage.

 À fuir en cas de fort coup de Sud, c'est un abri appréciable contre le vent et la houle d'Est.

 Ces pêcheurs y édifient les cabanes sur les montilles, les dunes jeunes du bord de l'eau.

 Ils les blanchissent généralement à la chaux et les couvrent avec la sagne, le roseau des marais.

 

 Dans les années 1950, les sauniers s'ajoutent aux pêcheurs. L'exploitation salinière qui bat son plein depuis le milieu du XIXe siècle dans cette partie sud-est de la basse Camargue, prend un grand essor avec la création de Salin de Giraud et l'industrialisation de la production. Beauduc jouxte alors 15.000 ha de marais salants.

  depart-et-croisiere-de-2009-028.jpg

 Le dimanche, les ouvriers vont à la chasse et à la pêche sur ce gigantesque territoire lagunaire, vivier abondant de poissons et d'oiseaux. Tout ce monde se côtoie paisiblement jusqu'aux années 1950. Après la guerre de 39-45, des pêcheurs de Port Saint Louis du Rhône et de Salin de Giraud reconstruisent les cabanes détruites par les Allemands. Les traditionnelles constructions camarguaises cèdent la place à des baraques de tôles et de planches. En plus des pêcheurs et des sauniers, une nouvelle population investit le lieu, les mordus de bains de mer locaux auxquels s'ajoutent les "Conj'paye" de toute la France.

 

 L'amélioration en 1952 du réseau d'eau de la Compagnie salinière contribue à la multiplication de nouveaux cabanons. On en dénombre 101 en 1967. La Préfecture ne voit pas d'un bon œil la prolifération de cette villégiature balnéaire sans permis ni autorisation sur un espace normalement interdit à toute construction.

 Ses occupants "sauvages" créent l'Association des Cabaniers de Beauduc, et passent un accord avec la Préfecture qui tolère les cabanes à condition que leur nombre n'augmente plus et que les cabaniers assurent l'entretien et l'hygiène du village.

 

 Mais les constructions se multiplient. En 1995, on compte 273 occupations fixes et 184 véhicules demeurant à l'année (caravanes, bus, fourgons…). Le nombre total ira jusqu'à 400.

 

Une situation insupportable pour la Préfecture. Elle ordonne la destruction de 17 cabanons en 2004 et de trois en 2005.

 Les cabaniers en détruisent eux-mêmes dix, sous la pression des autorités.

 Les deux restaurants qui faisaient la réputation du lieu dans toute la région doivent fermer.

 « Aujourd'hui, sur 80 cabanons défendus par l'Association des cabaniers de Beauduc, cinq se situent sur le Domaine public maritime avec des procès en cours. » explique Gérard Barbusse, président de l'Association des cabanons de Beauduc.

 Une autre association, l'Association de sauvegarde du patrimoine de Beauduc, s'occupe des autres cabanes, au nombre d'une soixantaine, et bâties sur le DPM. Elles aussi menacées de destruction.

 

 Mais qu'est-ce qui dérange ?

 

 Un site mis à mal par une esthétique mal comprise ou un art de vivre à la marge ?

 La micro-société formée par les habitants des cabanes, constituée depuis les années 50 est celle qui perdure aujourd'hui et défend ses valeurs.

 Outre l'architecture spontanée, l'organisation sociale perturbe les décideurs politiques alors qu'elle a fait l'objet de nombreux travaux universitaires tant son exemple est intéressant. Beauduc est une communauté en marge et égalitaire : frugalité, anonymat et absence de propriété.

 Un dépouillement qui gêne dans une société où consommation accession à la propriété sont le plus beau rêve.

 Enfin, les cabanes symbolisent un refuge, accentué par les immenses espaces entre sable et eau.

 Un univers lui aussi en bordure du monde. --------------------------------------------------------------------------------:

http://www.cabotages.fr/provence-cote-d-azur/bouches-du-rhone/beauduc/les-cabanes-de-beauduc.html

 

photos à venir plus tard !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Domm 03/07/2010 16:54



Je suppose que la destruction vient du fait qu'il n'y a pas d'argent à la clé, à faire rentrer dans les caisses de la commune etc....


Bisous