Les coups de chaleur de l'été

Publié le par grenadine


                                                                                        Le soleil darde ses rayons sans modérations. C'est la saison des coups de chaleur. Fièvre, perte de connaissance, nausée. Les tout-petits sont souvent les plus exposés à ce problème. Découvrez comment éviter ces désagréments ou comment y faire face.

Le coup de chaleur se caractérise par une fièvre supérieure à 40°, associée à des signes neurologiques graves (perte de connaissance...), à des manifestations cardiovasculaires (états de choc...), à des signes cutanés (peau brulante, muqueuses et langue sèches) et parfois à des signes digestifs (nausées, vomissements et diarrhées).

Les signes annonciateurs du coup de chaleur ne sont pas constants : ce sont des crampes ou des anomalies du comportement survenant après une exposition trop longue à une température élevée.

DEUX TYPES DE COUPS DE CHALEUR :

On distingue le coup de chaleur classique et le coup de chaleur d'exercice.

LE COUP DE CHALEUR CLASSIQUE :
Survient en dehors de tout effort, lors de vagues de chaleur ou dans des ambiances anormalement chaudes (véhicules fermé en plein soleil).

Il touche généralement les ages extremes de la vie (jeunes enfants et seniors).

LE COUP DE CHALEUR D'EXERCICE ou "hyperthermie maligne d'effort", qui survient au cours d'un effort musculaire intense ou prolongé (exercice sportif...)

Certains médicaments peuvent favoriser sa survenue.

Le coupd de chaleur doit etre différencié des autres accidents dus à la chaleur, mais qui sont sans fièvre (crampes dues à la chaleur), ou avec une fièvre modérée (insolation...).
Le coup de chaleur est une urgence.
La mortalité a diminuée ces dernières années du fait d'une meilleure prise en charge et d'un traitement précoce et efficace mais reste encore autour de 10%.
L'évolution est le plus souvent favorable, mais le coup de chaleur peut laisser parfois persister des séquelles (crampes et troubles neurologiques).

QUE FAIRE ?

Le traitement du coup de chaleur doit etre le plus rapide possible.
Il repose sur le refroidissement de la victime et sur la réhydratation.

La victime doit etre déshabillée et installée à l'ombre, et etre aspergé d'eau fraiche associée à un courant d'air (si possible créé par un ventilateur). S'il est conscient, donnez lui des boissons fraiches.

Attention, il ne faut pas la baigner dans une eau trop froide (risque de choc thermique).

Appelé le plus vite possible un médecin qui jugera si un traitement médical doit etre associé : paracétamol, réhydratation...

En cas d'insconscience, mettez la victime sur le coté (position latérale de sécurité) et alertez le SAMU;

PREVENIR UN COUP DE CHALEUR :

Cela passe d'abord par un entrainement sérieux avant toute participation à une épreuve sportive intense.
En cas d'affection cardiovasculaire ou rénale, il faut s'abstenir et en parler à son médecin.
E, cas de prise de médicament, il est nécessaire de se renseigner si ceux-ci ne sont pas susceptibles de favoriser la survenue d'un coup de chaleur.

Il est indispensable de s'abstenir de prendre de l'alcool 24 heures avant une épreuve sportive intense et éviter les boissons aux propriétés diurétiques (comme le thé ou le cagé)...

Pendant l'effort, l'apport de boissons doit etre important.
Il faut enfin que les vetements soient adaptés, pour une protection de la chaleur (de préférence en coton, de couleur claire, avec une casquette).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mandarine 24/04/2009 10:01

Un truc qui ne m'est jamais arrivé, heureusement, et que je vais éviter sur le bateau!!!Ce soir je travaille alors je me sauve pour dormir encore un peu!Bonne journée